Wuhai est une petite ville en Chine où je suis née. Mes parents ont vécu ici quarante ou cinquante ans, mon père est un ingénieur du charbon, ma mère a également enseigné dans une école primaire de cette région minière, la plupart de mes amis d’enfance sont des descendants de familles de l’industrie, mais je ne connais rien de cette ville et de la carrière de mon père. Vivant dans l’environnement contaminé et les tempêtes de sable depuis que je suis enfant, je n'ai aucun sentiment même d'étrangeté envers ma ville natale.

Je l'ai revisitée plusieurs fois entre 2017-2019. Les ruines laissées par ma ville natale sont déjà un paysage artificiel; la vie que les gens s'efforcent de gagner, le travail acharné, dont ils sont fiers ne sont que des victoires insignifiantes dans la lutte contre la nature et le temps. Inconsciemment, tout peut commencer ou se terminer sans aucune raison.

Mais devant ces ruines, curieusement, mon attachement pour la civilisation industrielle et ma nostalgie ont été évoquées.











Edition : 
https://drive.google.com/file/d/1oI7c814yQeV-DNtTwTCV82z0UMe_jmiS/view?usp=sharing






All content ©2020 HAN Yaqun